Tony Cois

Le numérique n’est pas une compétence mais une culture à part entière.

On entend souvent qu'il détruit l'emploi, qu'il déconnecte l'humain de la société et qu'il ne s'inscrit pas dans les transitions écologique et sociale. De part mon expérience, je suis convaincu que le numérique représente tout l'inverse.

Premier constat, le numérique représente un enjeu conséquent sur la reconversion et donc l'épanouissement professionnel de tout à chacun. L'initiative de Karrdi que je porte, avec d'autres personnes, vise à inspirer sur les métiers du numérique, à former et diplômer toute personne souhaitant se reconvertir dans le numérique, ainsi qu'à l'accompagner vers le chemin de l'emploi. Aujourd'hui, le numérique est une chance pour bon nombre de personnes éloignées de l'emploi pendant des années à cause de leur quartier d'habitation, de leur nom de naissance, ou encore de leur sexe. De la même manière, c'est une opportunité pour toutes les personnes qui ne se reconnaissent pas dans leur travail au quotidien.

Deuxième constat, le numérique rapproche les personnes plutôt que de les opposer. Les communautés que j'anime comme le BrestJS sur le développement informatique ou les Tisserands du Web sur la transition numérique en territoire, ou ceux dont je fais partie comme Brest Blocktech ou Toastmasters Brest, sont des exemples concrets de cet état d'esprit d'ouverture et de partage issu de la culture numérique. À travers les communautés, nous faisons rencontrer des personnes qui ne n'auraient pas forcément échanger sans le numérique et qui font naître des opportunités. Je suis convaincu que la révolution numérique se doit de casser les barrières sociales et sociétales de notre société.

Troisième constat, le numérique pour le bien commun est une réalité et va s'amplifier avec le temps. La dynamique de la #TechForGood ne date pas d'aujourd'hui. En 2011, avec l'équipe de Zéro Gâchis, on a remporté le premier startup weekend en Bretagne à Lannion en proposant une solution contre le gaspillage alimentaire en grande surface. Aujourd'hui grâce au numérique, cette entreprise, devenue une PME, a permis le non gaspillage de milliers de tonnes de produits alimentaire. Un autre exemple, le Compte CO2, où j'étais CTO de Septembre 2013 à Avril 2019, on a lancé une monnaie climatique utilisable dans l'économie réelle à travers une carte bancaire. En quelques années d'activités, ce sont des milliers de tonnes de CO2 non émis par des particuliers qui ont été valorisés.

Si vous chercher des compétences dans le cadre d'un projet, ou si vous souhaitez tout simplement qu'on discute ensemble autour d'un verre ou autre, n'hésitez pas à me contacter sur Linkedin, Twitter ou directement sur le formulaire de contact.